Revue sur « The gambling Lady »

On ne naît pas joueur, on le devient. Et certaines personnes ont cela dans les veines. Le plus remarquable, c’est que même si celles-ci ne l’ont pas dans les veines, elles l’ont eu de leurs parents par exemple. Oui, au final, les enfants observent et refont les mêmes choses que les adultes. Que ce soit bien ou mal. Découvrez l’histoire émouvante de « The gambling Lady » évoquant le dur héritage que son père a laissé à une petite fille aussi forte que déterminée qui n’est autre que le jeu.

L’histoire

Elle s’appelle Lady Lee, fille d’un grand joueur du nom de Mike Lee. À l’époque où elle vivait, ce fut un syndicat professionnel qui a dirigé la plupart des établissements des jeux de hasard de la ville. Bien sûr, ce n’était pas tout rose, les classes sociales se mêlaient, les tricheurs et les malhonnêtes dominaient les salles de jeux. Mais cela n’empêchait pas Mike Lee, un homme droit de profiter de ses activités favorites qui sont les jeux de hasard. Malheureusement, l’histoire ne se terminait pas bien pour ce père qui a préféré se donner la mort plutôt que de devenir malhonnête, laissant ainsi une petite fille. Puisque oui, c’était un homme bien qui avait des principes et qui ne voulait en aucun cas bafouer son intégrité.

Mais tel père, telle fille, comme on dit…très vite, cette dernière s’est aussi passionnée au jeu, devenant du jour au lendemain une héritière du jeu farouche et déterminée. Tout ce qu’elle voulait c’était gagner et rien d’autre.

L’histoire est pimentée par la présence Garry Madison, un jeune homme riche qui tomba naturellement amoureux d’elle.

Les critiques

Selon les nombreuses critiques de ce film, il n’avait finalement rien d’extraordinaire. C’était juste une histoire qui a failli bien commencer. C’était aussi une histoire d’amour entre deux personnes d’un milieu très différent. Lady Lee était tout de même une femme distinguée que tout le monde respectait bien qu’elle partait de zéro, elle est très vite devenue une icône des jeux dans un monde qui lui appartenait. Le scénario était tout de même très bien réalisé pour un film des années 30.

Ce que nous pouvons aussi tirer de cette histoire, c’est que l’honnêteté reste toujours une valeur sûre, même dans ce genre d’activités. Jouer est une chose, jouer bien sans tricher en est une autre et c’est d’ailleurs vivement recommandé. C’est aussi comme cela que cette jeune femme a bâti ses réputations. Car c’était le seul moyen pour elle de se démarquer de ce milieu qui est le plus souvent destiné aux hommes. Et grâce à cela, elle était mieux respectée dans son domaine malgré qu’elle était une femme.