Les combats de chiens, une parité cruelle

L’argent est roi sur ce monde que certaines personnes n’hésitent pas à recourir à une méthode barbare pour l’obtenir. Maintenant qu’il n’existe plus des paris sur les affrontements sanglants des gladiateurs, beaucoup de personnes participent actuellement au combat des chiens. C’est une action de véritable barbarie qu’on ne pense qu’à l’argent sans songer au bien de ces animaux.

Malgré les lois qui ont été instaurées dans certains pays interdisant cette activité comme acte de cruauté envers les animaux, bon nombre de personnes la pratiquent illicitement pour l’amour de l’argent et de la violence.

Selon les organisateurs, les races les plus utilisées sont les Pitbulls et les Terriers, étant donné qu’ils sont les plus robustes et les plus résistants au combat. Toutefois, ce sont des êtres vivants qui peuvent souffrir tout comme les êtres humains. À force de les dresser pour devenir des monstres sanguinaires, ils souffrent mentalement et physiquement pour l’unique intérêt de son maître et du public. Rappelons qu’il n’existe aucune bestiole capable de nous offrir une affection pure et sans intérêt que le chien, on dit que c’est le meilleur animal de compagnie de l’homme et il n’est pas de nature offensive. L’agressivité est le résultat d’une douleur mentale et de la maltraitance que son maître lui a infligé pendant des mois voire même des années.

Les maîtres des chiens combattants sélectionnent leurs futurs lutteurs en choisissant la race des nouveau-nés. Seuls les jeunes chiots  issus de la race recherchée qui sont gardés. Les restes sont immédiatement éliminés. Puis vient le moment de l’entraînement cruel pendant lequel les sélectionnés vont devoir éprouver jusqu’au jour du combat. Ils seront battus, ligotés, affamés et isolés. On utilise parfois des décharges électriques pour qu’ils ne lâchent pas prise lors du combat. Ils seront ensuite testés en les lâchant sur des rats, des chats ou des chiens volés utilisés comme proies pour voir ses aptitudes et ses compétences. Les chiens faibles sont abattus immédiatement et seuls les plus forts qui sont gardés pour le pari.

Les combats sont organisés par des groupes de personnes ou des mafieux et se déroulent dans des endroits isolés notamment des bâtiments abandonnés pour fuir les autorités policières. Excités par les agissements de la foule, les combattants assoiffés de sang et de la violence deviennent encore de plus en plus enragés dans l’arène. Plusieurs combats ne durent que quelques minutes lorsque l’un des lutteurs verse son premier sang. D’autres sont des affrontements à morts où il n’y aura de vainqueur que si l’un des deux succombe. Ceux qui subissent des blessures graves sont abattus sur le champ, car il est impossible de les emporter chez un vétérinaire par peur d’être accusé pour avoir participé à un acte illégal. Les plus chanceux arrivent à survivre après le combat et recueillis par des associations ou des personnes charitables.

Parier sur ces combats de chiens est encore plus cruel. Et pourtant, il existe encore des pays qui autorisent cette activité.

Heureusement qu’à nos jours, il existe des organisations soutenues par le gouvernement pour la lutte contre le combat des chiens. Celles-ci encouragent tout le monde à respecter le droit des animaux domestiques et à arrêter toute sorte de cruauté qu’on fait endurer à ces êtres adorables. On constate que beaucoup de personnes sont désormais livrées à la police pour avoir organisé des combats de chiens. D’autres ont pu s’échapper ou libéré parce que l’autorité n’a pas priorisé l’affaire et distinguant celui-ci comme crime minime sans importance.

Luttons ensemble ces malfaiteurs et appuyons les actions des associations animalières pour sauver la vie des chiens combattants.