L’avenir du théâtre en tant qu’Art

Le théâtre est la représentation d’une situation soigneuse du devenir et de l’affranchissement de chacun. Depuis l’Antiquité à notre époque actuelle, le théâtre a parcouru des décennies. Il produit chez les spectateurs des émotions intenses et indéfinissables que l’on peut retrouver dans les différentes formes d’art comme la peinture, la musique, la danse, etc. Alors, peut-on également le considérer comme une forme d’art ?

Le théâtre dans la conception de l’art

Le spectacle est le noyau central du théâtre. Pourtant, il a cette spécificité qui l’éloigne de la définition de l’art, c’est-à-dire son caractère fugitif. En effet, le spectacle ne dure pas. Il peut être vu comme un phénomène vivant, mais qui ne fait que passer et n’existe qu’au temps présent. Ce caractère fugitif du spectacle aboutit à la restriction de la durée même du théâtre concrétisant son inexistence même. Cette dernière est contradictoire à la conception de l’art du XXe siècle. D’une part, l’art est concrétisé par une chose, un objet.

De plus, selon Walter Benjamin, « L’une des tâches primordiales de l’art a été de tout temps de susciter une demande, en un temps qui n’était pas mûr pour qu’elle pût recevoir pleine satisfaction ». En somme, l’art joue un grand rôle dans l’accomplissement des progrès historique. Il n’est pas limité par le temps. André Breton a renforcé cette incompatibilité de l’art et du théâtre en disant que « l’œuvre d’art n’a de valeur que dans la mesure où elle frémit des réflexes de l’avenir. » Or, le théâtre ne représente que l’histoire de son époque. Si le théâtre a une vision présente, celle de l’art est plutôt futuriste. On ne peut qu’admettre le décalage de temps qui les sépare.

L’assimilation du théâtre à l’art

Chez les Grecs, le théâtre était déjà perçu comme un véritable art et était même le plus apprécié. Grâce à l’évolution et à la modernisation du théâtre, il serait purement difficile de nier son caractère artistique aujourd’hui. À notre époque, un grand nombre d’auteurs lui donne la qualification d’art visuel. En effet, tout comme l’art, le théâtre produit chez les spectateurs les mêmes incompréhensions quant aux sentiments divergents ressentis par ces derniers lors d’une pièce. En outre, si avant on lui reprochait de ne pas produire de chose, les pièces sont aujourd’hui matérialisées dans un objet, les livres. Qu’y a-t-il de plus artistique que de créer une chose à partir de rien. Pourtant, c’est exactement ce qui se passe dans la mise en scène théâtrale.

La manière dont les acteurs et les comédiens interprètent une pièce nécessite un savoir-faire et un talent unique. Il en est de même de la variété des personnages et le choix des milieux sociaux permettant de donner vie au spectacle. Enfin, si le théâtre en lui-même ne dure que le temps d’un spectacle. L’œuvre reste et traverse les décennies sans perdre sa valeur artistique comme « Au Bonheur des Dames » de Molière, qui représente les femmes actives et travailleuses du passé, d’aujourd’hui et du futur.